Blason Phoenix ÉcoleBlason Historique École

L’école Lam Sơn Võ Đạo (littéralement art martial du Lam Sơn, région se trouvant au nord du Vietnam) a été fondée en 1945 à Saïgon par Maître Quách Văn Kế. Le style de l’école est une combinaison du Thiêu Lâm chinois (Shaolin) et de l’art martial nord-vietnamien (Thăng Long Bắc Phái) qui se caractérise notamment par le travail des positions basses, les mouvements circulaires et la rapidité des déplacements.

Bien que pouvant être classé dans la catégorie des arts martiaux « pieds-poings », le Lam Sơn Võ Đạo est aussi – c’est ce qui fait sa spécificité – un art à dominante interne. En effet, toutes ses techniques (déplacements, frappes, contre-attaques, etc.) sont dirigées par le đan điền (centre d’énergie se trouvant au niveau du ventre). Les déplacements circulaires permettent de rentrer avec moins de risque dans les attaques du partenaire « nhập nội ». Quant aux techniques circulaires, elles permettent des absorptions rapides et efficaces contre les attaques et, propulsées par le đan điền, les contre-attaques deviennent plus puissantes et plus précises.

page_artmartial_jacquesartint

Le travail interne du đan điền :

Dès le début de leur apprentissage, les pratiquants apprennent le serrage, le relâchement et la direction du đan điền avec la technique (yin) de la main du singe « hầu thủ » combinée à la frappe (yang) directe du poing « thôi sơn ». Cette combinaison entre la force et la souplesse s’appelle « cương nhu phối hợp » : une mutation constante du yin (âm)-yang (dương) dans le đan điền, un changement continuel de polarité qui se traduit visuellement par une suite d’absorptions souples et de frappes puissantes.

Le travail circulaire :

Les déplacements circulaires permettent d’éviter la ligne de frappe du partenaire, de pénétrer dans son attaque et de se positionner dans une meilleure direction et meilleure distance en vue d’optimiser la contre-attaque.

ceciledemo

Le travail d’absorption :

Dans le Lam Sơn Võ Đạo, on bloque peu les attaques du partenaire mais on les absorbe pour les contrôler et surtout pour déstabiliser le partenaire, dans le même temps, sur son point d’impact et son point d’appui. C’est ce que l’on appelle un changement de polarité sur le partenaire.

Les attaques et les contre-attaques :

Ces techniques sont une mutation entre les vraies-fausses attaques « thực-hư » : des feintes destinées à perturber le partenaire dans l’organisation de sa défense.

Les « leçons » (Bài quyền et Bài vũ khí) :

Les « leçons » ou « formes » (Tao en chinois, Kata en Karaté) sont des enchaînements de postures et techniques de combat chorégraphiés et codifiées en vue de leur transmission aux élèves. On distingue les Bài quyền pratiqués à mains nues (fleur de Lotus, fleur de prunier, lion de Pierre, phénix, etc.) des Bài vũ khí spécialisés dans le maniement d’armes traditionnelles (bâton, épée, sabre, hallebarde, canne, chaîne à neuf segments).